Ravages

RAVAGES (2014)

Alan Lake | octobre 2014

Alan Lake
Projet : « Ravages »

Résidence : du 12 au 15 octobre 2014 (salle Multi)
Diffusion par la Rotonde du 6 au 8 mai 2015 (salle Multi)
Cinquième salle de la Place des Arts, avril 2015

Extraits du programme de Danse Danse saison 2014-2015:
Poursuivant l’hybridation des médiums cinématographique, chorégraphique et sculptural qui a fait son succès à Québec. Alan Lake emprunte à nouveau le chemin du dialogue pluridisciplinaire et en explore de nouveaux territoires. Il entremêle les disciplines et tisse le récit d’une narration abstraite, invitant le spectateur à plonger dans l’univers brut et fragile d’une épopée symbolique où l’humain se confronte à ce qui est périssable ou immuable. De son exploration de l’interrelation entre le corps, l’image filmée, l’installation et la matière brute, naît un langage chorégraphique puissant dans lequel le corps des quatre danseurs devient paysage. La scène est métamorphosée en un jardin mystérieux évoquant à la fois le monde qui les entoure et la vie intérieure qui les anime. Au fil du temps qui passe, l’ordre et le désordre se succèdent, comme la sédimentation et l’éclosion, le tragique se teinte de légèreté, le laid et le sublime se confondent. Peu à peu, la nature se renouvelle et les humains se réinventent, les uns comme les autres portant la trace des saisons de la vie.

Notes biographiques :
C’est par sa recherche d’un objet et d’une image organique que l’artiste visuel Alan Lake est arrivé à la danse. Et il n’a pas attendu son diplôme de l’École de danse de Québec pour s’engager dans une pratique pluridisciplinaire centrée sur le mouvement. Ravages, sa septième œuvre chorégraphique, intègre un film, à l’instar de Chaudières, déplacements et paysages (2009) et de Là-bas, le lointain (2012). Reconnu comme l’un des plus brillants artistes émergents de Québec, il a remporté le prix du public à Vidéastes Recherché•es avec 9 Minutes, 2 Fois (2004).

Chorégraphie : Alan Lake avec la complicité des interprètes
Interprètes : Dominic Caron, David Rancourt, Esther Rousseau-Morin, Arielle Warnke St-Pierre
Répétition et conseil artistique : Annie Gagnon
Scénographie : Julie Lévesque
Assistant à la scénographie : Jean-Nicolas Demers
Compositeur : Antoine Berthiaume
Direction de la photographie : François Gamache
Conception vidéo : Louis-Robert Bouchard
Conception lumière : François Marceau

Une création soutenue par le Conseil des Arts et des Lettres du Québec, le Conseil des Arts du Canada, La Rotonde centre chorégraphique contemporain de Québec, Les Productions Recto-Verso.

Extrait de presse
Le point de départ de Ravages est un film que Lake a tourné à Saint-Raymond à la fin de l’été dernier. Lake et ses danseurs ont dû s’adapter aux différentes conditions climatiques : pluie, tornade, inondation. Des éléments qui ont influencé la pièce en mettant en lumière que les choses peuvent changer rapidement et de quelle façon l’humain se relève après des moments difficiles. Dans des extraits de la vidéo de Ravages, on voit les danseurs enduits de glaise, de miel. Dans Là-bas, le lointain, la scène était tapissée de terre. De toute évidence, les danseurs s’abandonnent totalement au chorégraphe. «J’ai beaucoup d’admiration pour eux, dit Lake. Ils ont leur personnalité propre et collaborent à l’oeuvre parce que les mouvements passent par leur corps, par leur historique. Ça reste leur personnalité propre resculptée pour amener la singularité de l’écriture de la Factori(e).»
Daphné Bédard, Le Soleil, 2 mai 2015