LE CENTRE DE TRI – FOSSILES
Sortie de résidence – laboratoire interactif

Les traces que nous laissons en ligne nous révèlent-elles réellement comme individus? Les jugements que nous portons sur les autres utilisateurs nous empêchent-ils d’avoir des échanges constructifs sur les réseaux sociaux? C’est ce qu’explore la compagnie L’Apex avec le laboratoire Fossiles, une expérience multidisciplinaire interactive aux allures d’essai-clinique des années 80.

Présentée en collaboration avec Premier Acte, cette sortie de laboratoire diffusée sur cinq jours sera le résultat de deux semaines de résidence de création à la Caserne Dalhousie.

Portée par le désir de disséquer les relations humaines complexes et d’explorer le rôle du théâtre à l’ère numérique, L’Apex avait offert au public de Premier Acte une production exploitant la déconstruction des codes théâtraux et l’hyperréalisme avec Blackbird en 2019. Cette fois-ci, la compagnie propose aux spectateurs de prendre part à une expérience théâtro-installative et interactive avec Fossiles.

Fossiles s’inscrit dans le processus multidisciplinaire Le Centre de tri, qui regroupe plusieurs projets portant sur la prise de parole à l’ère des réseaux sociaux. En 2019, L’Apex avait d’ailleurs présenté au théâtre Périscope deux phases de création liées à ce processus : un LabOuvert, de même qu’une installation interactive sous forme de cabine téléphonique intitulée Adaptation libre.

Avec Fossiles, L’Apex explore ces traces que nous laissons derrière nous quand nous utilisons les réseaux sociaux. En parcourant quotidiennement ces plateformes, nous «rencontrons» un nombre incroyable de personnes à travers leurs commentaires, leurs réactions, leurs publications et leur profil. Ce laboratoire se déroulant à la fois sur Facebook et au Studio 2 de la Caserne Dalhousie questionne la relation entre notre identité virtuelle et notre identité «réelle».

À l’ère de la socialisation numérique, L’Apex croit aux arts vivants comme remparts de la rencontre humaine. Fossiles, c’est une expérience qui vise à mettre de l’avant la personne à l’origine des traces numériques qu’elle laisse derrière elle sur les médias sociaux.

Puisqu’avant le fossile, il y a le vivant.

Mise en scène et dramaturgie : Gabrielle Ferron Dramaturg : Samuel Corbeil
Scénographie : Marilou Bois
Éclairages et vidéo : Emile Beauchemin
Son : Anthony Ferrey
Interprètes : Samuel La Rochelle, Myriam Lenfesty, Nicolas Létourneau

Réservation obligatoire jusqu’au 12 avril sur lepointdevente.com
Contribution volontaire