Dans une obscurité presque complète, des figures mystérieuses surgissent successivement, à un rythme régulier, sur la face de verre d’une boîte noire, y imprimant leurs empreintes photoluminescentes. Au fil de projections qui s’accumulent, les formes fantasmagoriques se superposent et se fondent les unes dans les autres pour devenir presque irréelles. Misant sur le phénomène de la persistance rétinienne et utilisant d’ingénieux procédés d’illusion d’optique, Noctiluca Scintillans nous entraîne dans un univers onirique où nos repères visuels sont mis en déroute. Nous en venons à ne plus savoir si l’image perçue émerge de notre mémoire ou de notre imagination. À moins qu’il ne s’agisse d’une de nos chimères ?

Biographie
Duo d’artistes pluridisciplinaires, les Marswalkers collaborent depuis 2000 après s’être rencontrés dans une école des Beaux-Arts en France. Ils ont développé principalement leur travail à l’étranger. Invités par plusieurs centres d’art à travers le monde, chaque création est fortement liée aux environnements dans lesquels ils travaillent. Ils ont collaboré avec des centres comme CIANT à Prague, The Public à Birmingham ainsi que Wimbledon School of Art à Londres. Leur travail a été présenté notamment lors de la 6ème manifestation internationale vidéo et art électronique de Montréal, au Rockport Center for Contemporary Art aux USA, au centre d’art l’Œil de Poisson à Québec, au centre d’art TUPAC à Lima au Pérou, et au centre BANG à Chicoutimi. Ils ont participé à la création d’un festival d’art numérique dans le Maine où ils ont été invités comme assistant-professeur pendant 2 ans. Ils ont également participé à la création d’une des premières plateformes de création collaborative virtuelle pour un projet de la Commission Européenne.

En 2011, en collaboration avec le musicien finlandais Otso Lahdeoja, ils ont réalisé une résidence multiple au centre Méduse qui a débouché sur la présentation du spectacle audiovisuel Mue, présenté au Mois Multi 11.