SUPERSUPER (2018)

Genre :

SPECTACLE

Création :

LINE NAULT

production :

PRODUCTIONS RECTO-VERSO
Co-production : Studio artificiel

Fondé sur la recherche du nombre ultime ainsi que sur les principes de résonance du corps dans l’espace et de projection dans le numérique, SuperSuper est un triptyque composé de Super8, Super réalité et Super N64. Deux interprètes y exécutent une partition gestuelle vertigineuse où le code numérique est dévié et devient poésie. Corps, son et image sont ici modelés et articulés par un système de localisation. Les mouvements et déplacements des interprètes échafaudent peu à peu un monde parallèle, un espace augmenté, sorte de base de données. Une forme de surveillance opère sur les protagonistes, les maintenant prisonnières du jeu dans lequel elles évoluent, pour aboutir finalement à une relecture de Un coup de dés jamais n’abolira le hasard de Mallarmé. Projet synthèse réunissant toutes les préoccupations artistiques de Line Nault, SuperSuper s’érige autour de systèmes, de codages, de flux génératifs, de mouvements et de mots – le mouvement qui parle et les mots qui bougent – qui catapultent les éléments physiques, sonores et visuels dans des zones où la perception est complètement transfigurée.

Durée : 50 minutes

Le 9 février, après la représentation, Line Nault s’entretiendra avec le public.

Création : Line Nault, en étroite collaboration avec l’équipe
Interprétation : Audrey Bergeron, Jessica Serli
Système interactif sonore et visuel : Alexandre Burton
Lumière et scénographie : Simon Guilbault
Assistance aux lumières : Emily Soussana
Costumes : Elen Ewing
Conseils artistiques : Éric Forget
Co-production : Recto-Verso (Québec), Studio artificiel (Montréal)
Soutien : Conseil des arts du Canada
Remerciements : Julie Chaffarod, Karine Denault, Jimmy Lakatos, Quentin Meillassoux pour son livre Le nombre et la sirène, toute l’équipe de Recto-Verso et du Mois Multi
Avec des extraits de textes d’Albert Low dans Super Réalité, le texte Un coup de dés jamais n’abolira le hasard de Mallarmé dans SuperN64 et le texte de Line Nault dans Super8.
Photo : Philémon Crête

Biographie
Line Nault s’intéresse au perceptif plus qu’au spectaculaire. Par le corps qui parle ou qui bouge, elle fait apparaître les structures invisibles des mécanismes humains et des comportements de machines. Elle qualifie sa démarche d’interstitielle, tant dans son travail sur le corps que dans son regard sur les pratiques artistiques.

Artiste associée chez Recto Verso de 2011 à 2016, elle y a produit dans le cadre de son mandat artistique, (installation participative), 2012 (installation interactive) et Attachée (en version spectacle, installation-performance, et livre). Par ailleurs, elle a présenté ces dernières années Super 8, La problématique de l’erreur, Kitmobile, L’espace des autres, Revenir en avant et Vivarium. Souvent, ses projets sont articulés autour d’une lutherie numérique conçue avec le Studio Artificiel. Dans ce contexte, elle a participé, avec les membres de l’équipe, aux projets Séquelles diffusion et Boules.

Outre ses projets personnels, elle a aussi collaboré à titre d’interprète, de chorégraphe et de conseillère pour différents créateurs et organismes autant pour la danse, le théâtre que les arts multi. Parmi eux : Eric Forget, Olivier Choinière, Karine Denault, Lynda Gaudreau, Martin Bélanger, Manon Oligny, Brigitte Haentjens, Marie-Claude Poulin (kondition pluriel), Louis Champagne, Benoit Lachambre, Stéphane Crête, et les compagnies Québec Art Cité, Trans-Théâtre, Code D’accès, Momentum, L’ange à deux têtes et Tournifolie. Elle a présenté et dansé sur la scène locale et internationale.

Pas très loin de la création, Line donne des ateliers de recherche autour des dispositifs technologiques issus de ses projets artistiques. Elle enseigne aussi la Gyrotonic et la Gyrokinesis. Elle organise l’événement Vendredi Bouilli depuis 2014 dans le Studio Artificiel. Elle est diplômée au baccalauréat en danse et aux études supérieures en éducation Somatique à l’UQAM.

nault.ca