Photo : Isabel Rancier

PHO : TON (2013)

Genre :

Performance multidisciplinaire son / lumière

Création :

Cod Act – André et Michel Decosterd

Production :

Productions Recto-Verso

Recto-Verso a invité le duo Cod.Act à créer une performance dans le cadre du Mois Multi, édition de 2013. Dans la continuité de leurs recherches sur le son et le mouvement, Cod.Act a imaginé Pho:ton, une pièce pour orchestre et piano photonique.  Dans l’obscurité, l’orchestre est disposé sur un gradin, une pianiste lui faisant face. Le piano ne produit pas de son mais de la lumière : chaque touche est reliée à un projecteur au-dessus d’un musicien de l’orchestre. À chaque note de piano jouée, un instrumentiste s’illumine; la pianiste dirige les musiciens à l’aide de flux lumineux indiquant la durée et l’intensité de leurs interventions musicales.

L’orchestre se transforme peu à peu en une étonnante machine contrôlée par la pianiste-opératrice, dans une composition musicale où des textures sonores se composent et se décomposent conjointement aux mouvements de la lumière. Il en résulte un formidable tableau lumineux, polyphonique et mécanique.

Sous le nom de Cod.Act, André et Michel Décosterd associent leurs compétences, le premier étant musicien, compositeur et plasticien du son et le second architecte et plasticien. Ensemble, ils développent un travail artistique qui se décline sous la forme de performances et d’installations interactives. À l’origine de leur démarche, une réflexion autour du son et du mouvement et de leur possible interaction. De leurs récentes œuvres, rappelons la sculpture sonore Cycloïd-E, créée en 2009, présentée au Mois Multi 2013 et récipiendaire de nombreux prix en 2010, dont un Distinction Award du festival Ars Electronica (Autriche), le prix CYNEART (Allemagne) ainsi que le grand prix du Japan Media ArtsFestival; ainsi que le concert-performance Pendulum Choir, une œuvre chorale pour 9 voix a capella et 18 vérins hydrauliques.

La diffusion de Pho:ton lors du Mois Multi de 2013 a compté sur le soutien de la Fondation suisse pour la culture Prohelvetia.

En collaboration avec l’Orchestre symphonique de Québec

Extrait de presse :
« … on se sent face à une machine complexe dans laquelle les musiciens ne sont que des composantes d’un engrenage. »
Justine Pomerleau Turcotte, Impact Campus, 26 février 2013

« Voilà un dispositif ingénieux que ce piano lumineux. La pianiste Nathalie Tremblay ne nous envoie pas des rafales de notes, mais elle éclaire plutôt les musiciens de l’orchestre tour à tour à partir des touches de son instrument, leur indiquant quand jouer et avec quelle intensité. »
Odré Simard, MonTheatre.qc.ca, 25 février 2013