IMAGE_14_Chantre_Light_DSC_7323

LIGHT ATTRACTION (2012)

Genre :

Installation / performance lumière

Création et conception :

Manuel Chantre (Montréal)

Production :

Productions Recto-Verso

Light Attraction est une performance audiovisuelle qui utilise la lumière en puissance pour sculpter l’intérieur d’un prisme rectangulaire imposant et translucide. Une chorégraphie de masses lumineuses est contrôlée en temps réel afin de développer une narration fictive et dramatique. L’œuvre constituée d’un prisme lumineux aux surfaces translucides (3.6m x 6m x 3.6m) peut également être présentée en installation.

L’œuvre présente une série de tableaux lumineux inspirés du phénomène d’attraction de la lumière chez les insectes nocturnes. L’œuvre évoque une métaphore des comportements impulsifs et « obsessifs » qu’on observe tout autant dans le monde animal que chez  l’être humain. À la fois narrative et sensorielle, l’œuvre visuelle et sonore de Manuel Chantre s’avère un projet ludique et dramatique, à la croisée de la sculpture de lumière, du cinéma et de la performance.

Light Attraction est un dispositif simple qui utilise essentiellement des technologies et des matériaux standards de l’industrie du spectacle. L’œuvre a été présentée en première à Québec en février 2012 dans le cadre du Mois Multi, Festival international d’arts multidisciplinaires et électroniques.

Extrait de presse :
« …sur la terrasse adjacente à Méduse, le Montréalais Manuel Chantre a fixé son installation Light attraction, qui joue sur l’idée que « les insectes attirés par une lampe sont la métaphore des êtres humains qui sont consumés par des obsessions sans savoir pourquoi », explique-t-il. Dans une boîte rectangulaire aux faces translucides, des projecteurs dansent et tournoient. Leurs faisceaux lumineux colorés se perdent ou découpent la fumée enfermée dans le prisme, si bien que la lumière y reste constante. À 21h, l’artiste réalisera une performance en manipulant les lumières à distance au son d’une trame sonore. Visible de la haute ville et de la basse ville, l’oeuvre promet d’agir comme un phare pour attirer les passants vers Méduse. »
Josianne Desloges, Le Soleil, 17 février 2012

Photos : Isabel Rancier