JULIEN CLAUSS et EMMA LORIAUT — Météo Mondiale | 15 février 2018

Informations :

Météo Mondiale
15 février, 21 h 30
Quartier général du Mois Multi
(Sandwicherie Fastoche chez Méduse)

Artiste :

Julien Clauss et Emma Loriaut
(France)

Genre :

Performance sonore pour synthétiseur analogique, microphone, voix, imprimante thermique, ordinateur et internet

Billetterie :

Entrée libre

En un tour du monde accéléré, la voix d’une speakerine égrène frénétiquement les données météorologiques observables dans quatre cent soixante-huit villes, collectées en temps réel sur Internet et classées par ordre croissant en regard de la température : ville, heure, température, état du ciel; ville, heure, température, état du ciel; ville, heure, température, état du ciel… Sous ses mots, les arpèges d’un synthétiseur analogique filent comme des nuages, fuyants, orageux. À la façon d’un téléscripteur, une imprimante thermique imprime progressivement les données récitées. Par sa vitesse et ses répétitions, ce bulletin météorologique mondial génère l’image d’une enveloppe formée autour du globe, où le flux des informations tisserait le maillage invisible de « l’infosphère ». De cette litanie obsessive naît un irrépressible sentiment d’urgence.

Diffusion de la performance en direct à CKRL 89,1.

Une présentation

CKRL_logo

Durée : 45 minutes

Soutien : Consulat général de France à Québec
Photo : Julien Clauss

Biographies
Julien Clauss – Julien Clauss vit dans les Hautes-Alpes (France). Il a étudié la musique et la mécanique physique (mécanique des fluides, thermodynamique, acoustique, algorithmique). Depuis 2001, il œuvre dans le champ des arts et médias, où il réalise des pièces sonores, des sculptures, des installations et des dispositifs radiophoniques. Il a créé les installations audio-tactiles Pause et Stimuline avec Lynn Pook, a assisté Pierre Henry de 2001 à 2007 lors de ses concerts et a fait partie du laboratoire d’art audio Locus Sonus de 2007 à 2012. Il a co-organisé les rencontres d’art en marche Laissez le Passage Libre de 2009 à 2012, et les rencontres pluridisciplinaires Point Org en 2017.

Sous les titres génériques Bulles et Modulation, il organise des événements de musique expérimentale spatialisée et radiophonique dans des lieux atypiques : sites en montagne, pont autoroutier, lac, terrain de foot…

L’idée chère à J. G. Ballard de créer des réalités dans un monde saturé de fictions se manifeste dans son travail sous formes de déréalisations : les œuvres créent ou déplacent des usages pour faire apparaître chez le visiteur de nouvelles réalités, non décrétées mais concrètement vécues. Ses productions s’inscrivent spécifiquement dans leur contexte social, géographique ou architectural afin de le manipuler (Isotropie de l’ellipse tore, Toposone, Insulation, Walk in Music, …).

Son approche sonore, abstraite et matiériste, le situe à l’intersection de la musique répétitive et des musiques électroniques minimalistes ou bruitistes. Depuis 2013, il compose principalement sur synthétiseurs analogiques modulaires.

Emma Loriaut – Emma Loriaut réside dans un petit village des Hautes-Alpes en France. Sa formation artistique est pluridisciplinaire (danse contemporaine, photographie, violon classique, chant lyrique, théâtre, design, broderie, …). Son parcours professionnel débute en 2004 : interprète pour des compagnies de danse, de théâtre et pour des projets performatifs (Enna Chaton, Jennifer Lacey, …) ou en milieu urbain (Cie Willi Dorner, …), elle est assistante à la mise en scène d’opéras pour le Théâtre Alibi en 2010 et pour le Primesautier Théâtre en 2011.

En parallèle, elle performe au sein du réseau d’actes artistiques en appartement « Hors Lits » dont elle importe et organise les événements à Marseille de 2009 à 2011. Après validation d’un Master en Mise en Scène et scénographie à Bordeaux en 2012, elle pratique la maçonnerie pour restaurer sa maison en pierre à partir de 2013.

De 2013 à 2016, elle est responsable des actions culturelles de la Médiathèque Intercommunale de la Méouge et donne des ateliers autour du mouvement et de la voix dans sa vallée. En 2017, elle co-organise les rencontres pluridisciplinaires .ORG et met en œuvre en collectif le dispositif MZP.

Aujourd’hui, ses réalisations allient le plus souvent le travail du corps, de la présence et de la parole, à celui de l’espace et à l’histoire des lieux traversés. Elle se dirige vers des questions d’inscription dans le réel et de déréalisation, tout en développant une recherche sur les modalités de réception. Sa pratique, qu’elle qualifie avec légèreté de philosophie appliquée, tente de créer des situations, de manière constamment renouvelée, autour des notions d’invisible et d’agencement politique.

cycliq.org / vehicule-lent.org / Audio

Sound performance for analogue synthesizer, microphone, voice, thermal printer, computer and Internet.

In an accelerated world tour, an announcer frantically lists observable weather data in 468 cities, collected online in real time and classified by increasing order of temperature: city, time, temperature, weather; city, time, temperature, weather; city, time, temperature, weather… Beneath the words, an analogue synthesizer’s arpeggios flit like clouds, fleeting, stormy, incorporeal. A thermal printer prints off the recited data, much like a teleprinter. The speed and repetitiveness of the global weather report creates the image of a cloud enveloping the entire planet, where the flow of information weaves the invisible netting of the “infosphere.” The obsessive litany gives rise to an irrepressible sense of urgency.