Running piece est un projet novateur, où la partition chorégraphique, la composition musicale et la conception technologique forment un tout duquel découle un univers dramatique.

L’Homme qui avance… Ce concept, qui peut paraître banal, détient pourtant un large éventail de métaphores qui oriente la trame narrative de la pièce. Running piece  aborde de plein fouet le sujet fondamental et universel du temps. Le temps qui « arrange les choses », le temps impitoyable qui, à chaque pas, nous rapproche un peu plus de notre vieillesse et de notre fin, le temps au rythme incompréhensible qui file ou qui s’éternise, qui nous presse et qui nous guérit. Ce propos nous permet d’explorer les thèmes humanistes qui sont au sein du travail de Grand Poney depuis ses premières créations : la nature de l’humanité et la voie sur laquelle nous voyageons. La chorégraphie expose un homme qui traverse de façon quasi scientifique les différentes conditions et situations de vie qui nous définissent en tant qu’êtres humains : le dépassement de soi et l’acharnement, la fatigue, le désir d’abandonner, l’impression de tourner en rond, le sentiment de liberté et d’envol. Ce cobaye qui se démène au cœur de son humanité est le reflet de ce que nous sommes.

L’idée qui sous-tend ce projet est de simplifier, dénuder et contraindre les dispositions chorégraphiques afin d’examiner en profondeur la multiplicité des dimensions humaines. La forme de ce projet est unique : un solo de danse entièrement exécuté sur un dispositif de course. Inspiré des exerciseurs conventionnels, il s’agit ici d’une petite plateforme surélevée de 6’ x 6’ environ, dont le tapis défile à des vitesses variables sous le danseur. En réalité, il s’agit d’une partition à trois, dans laquelle chacun des éléments – le danseur, la musique et l’appareil de course – sont en constante interaction.

Notes biographiques
Les choix artistiques de Grand Poney sont guidés par son désir de créer des œuvres hybrides et collaboratives. Cette vision questionne ce qui définit et anime l’être humain et facilitent la rencontre de l’autre. Dans l’esprit de réinventer à chaque projet un croisement des disciplines et une nouvelle dynamique de collaboration, les créations se déclinent sous plusieurs formes. Chaque pièce explore différents types d’écriture chorégraphique (formelle, théâtrale, performative, improvisée, etc.), différentes géométrie (forme solo, duo, trio, quatuor et grand ensemble), des lieux et des configurations de représentation variés, tant sonores que spatiales, traditionnelles, immersives ou en installation. Pour croiser les disciplines et réinventer les dynamiques de collaboration, le processus de création cherche à s’éloigner du modèle conventionnel du chorégraphe comme maître absolu. La compagnie encourage plutôt un échange fluide entre tous les intervenants, selon un modèle semblable à celui du collectif. Les choix artistiques sont également guidés par une volonté de démocratisation des rôles au sein de la compagnie et d’ouverture à d’autres systèmes de création; Grand Poney désire faire participer les interprètes au processus chorégraphique et travailler avec des performeurs et des créateurs de toutes les formes d’art, d’ici et d’ailleurs.