Gilles Arteau
LE CARROUGEOIS

Nous sommes au début des années 80 au 31 rue Dauphine, Vieux-Québec; il y a une vie citoyenne de tous les jours dans ce quartier farci de traces historiques. Un passé qui nous colle aux Basques.

Le propriétaire usé par l’âge provient de Cap-Rouge. Cap-rouge c’est le tracel, récent (!) monument d’ingénierie à la gloire du chemin de fer. C’est aussi le grès des fortifications lié au filon de Neuville. Neuville c’est le maïs des iroquois (pas très lointain) et les familles de maçons.

C’est un monde de pierres tout le tour, le Vieux-Québec, dans lequel résonnent les sabots des chevaux. Minéral sous les pieds aussi puisqu’il faut bien que tout ce bric-à-brac repose sur du dur, y compris la haute ville sur la basse.

Nous sommes au début de la spéculation immobilière qui transformera le Vieux Québec en parc à touristes et festivaliers venus d’ailleurs ou des environs.

Ces faits sont évoqués dans de courts tableaux de durées variables. Par deux voix contées, une fabricante d’images d’objets et de jeux d’ombres, et un tailleur d’ondes sonores.

Chacun(e) des artistes rend compte à sa façon du texte générateur.

La manipulation image: Marcelle Hudon
Les voix: Carole Nadeau et Sylvain Miousse
L’audio: Meriol Lehman
La captation vidéo: Steve Verreault
Le texte: Gilles Arteau

En résidence du 16 au 26 avril 2018