Productions

Mille Anonymes

Les projets de production et de coproduction

Recto-Verso propose un programme de travail intense visant à soutenir les créateurs multidisciplinaires du Québec, du Canada et de l'étranger. Ouvert à la diversité des approches et des cultures artistiques, Recto-Verso a inscrit dans sa trajectoire des projets novateurs qui comportent notamment des démarches d’exploration touchant la performance, l'installation interactive, les technologies scéniques, les arts sonores et la réalité augmentée.

_______________



ORPHÉE 21 (2014)

Installation vidéo

Création : Christian Lapointe

Production : Recto-Verso

L'installation Orphée 21 est une réécriture par montage vidéo d’une suite de témoignages de quatre individus de sexe, d’antécédents et d’âges différents ayant tous survécus à une sérieuse tentative de suicide. Ces troublants monologues filmés sont mis en relation avec les questions dictées initialement par une voix de synthèse. Leurs histoires personnelles s'entremêlent à une série de textes intégrés au dispositif, jetant sur le mythe d'Orphée, et sur son voyage au pays des morts, un regard neuf.

Orphée 21 propose des couches d'images, de paroles et de textes qui plongent le spectateur dans un dispositif sonore et vidéo multi-écrans. Fusionnant sensibilité et gravité, l'installation de Christian Lapointe nous parle d'expériences de mort imminente et de retours à la vie, dans une étonnante relecture contemporaine du célèbre mythe. Comme le souligne Lapointe, « Orphée 21 compte parmi mes projets de faire voir et entendre les signaux qui ancrent et modélisent notre humanité en cet époque hyper médiatique. »



Conception et écriture : Christian Lapointe

Montage et collaboration vidéo : Lionel Arnould

Montage son et programmation Max : Marc Doucet

Direction technique : Pierre-Olivier Fréchet-Martin

Tournage : Sylvio Arriola

Consultant : José Arriola

Verbatim : Anne-Marie Jean

Adjoint à la direction technique : Frédéric Cyr 

Menuiserie : Jean-François Gosselin 

L’installation Orphée 21 a été présentée en première en février 2014 dans le cadre du Mois Multi, festival d’arts multidisciplinaires et électroniques. C’est dans ce contexte que Christian Lapointe invitait  le public à une discussion autour de son installation et de la question du suicide.  La rencontre, animée par Benoît Côté, directeur de Pech, a regroupé divers invités du milieu social et communautaire et un public nombreux.

Orphée 21 2014

_______________



2012 (2014)

Installation vidéo comtemplative et interactive

Création : Line Nault

Production : Recto-Verso avec l’appui du studio Artificiel (Mtl).



Regroupant des centaines de capsules vidéo à durée variable, l’installation relate des instants visuels et sonores vécus et captés durant l’année 2012 par Line Nault, qui a décidé de jouer à croire que « la fin du monde arriverait le 21 décembre 2012 »! Chaque jour, elle écrit quelques lignes sur ce qui lui reste de sa journée, pour ensuite explorer la distance qui sépare mémoire et réalité, à travers les expressions de son corps en mouvement qui seront en relation avec le déplacement en temps réel des spectateurs devant un dispositif interactif formé d’écrans multi-couches. Le spectateur est invité à sonder ces capsules temporelles et à littéralement s’immiscer dans les traces de l’artiste.

Logiciel vidéo : Alexandre Burton
Développement technique : Guillaume Arsenault
Étalonnage : Audrey Villiard
Collaboratrice : Mélissa Guay


L'installation 2012 a été présentée en février 2014 à la salle Multi de Méduse dans le cadre du Mois Multi (Québec) et en mai 2014 à la Maison de la culture du Plateau Mont-Royal dans le cadre de la Biennale des arts numériques de Montréal.

Line Nault remercie l’équipe d’Artificiel et des Productions Recto-Verso.

Line Nault, 2012


_______________



TRACES (2013)

Théâtre multidisciplinaire 


Création : Daniel Danis


Coproduction : Recto-Verso en collaboration avec l’Hexagone Scène Nationale Arts Sciences – Meylan et l’Atelier Arts Sciences (laboratoire commun de recherche à l’Hexagone Scène Nationale Arts Sciences et la CEA.



« Poète, dramaturge et plasticien, Daniel Danis est accueilli sur trois ans en résidence à l’Atelier Arts Sciences où il a expérimenté aux côtés des scientifiques du Commissariat à l’énergie atomique de Grenoble (CEA) de nouveaux modes d’expression théâtrale. Traces, dispositif narratif poétique et sonore, invite les visiteurs à découvrir un processus de recherche créatif entre les chercheurs et l’artiste. Un lieu interactif où le regard du spectateur devient un « embrayeur d’imaginaire » entre le monde réel et le monde des rêves. Cet atelier d’artiste a pris le prétexte du mythe d’Isis et d’Osiris pour entrer en dialogue avec les scientifiques et les spectateurs. Ce séjour onirique autour des figures d’Osiris, Isis et Seth, divinités égyptiennes représentant la terre, les saisons, la fertilité et la mort, aura sans doute permis une première traçabilité de nos pensées par une mise en commun de nos imaginaires… 

Serge Gros, directeur du CAUE, Lionel Duband, CEA/Inac, Aurélien Barrau, UJF-LPSC et des chercheurs du CEA Grenoble étaient invités auprès de Daniel Danis  à dialoguer avec le public. »

Le projet Traces a été réalisé avec la collaboration de Eva Daigle comédienne, de Julien Maire artiste plasticien et de Jean-Michel Dumas, programmeur et concepteur sonore. Daniel Danis remercie les chercheurs Lionel Duband, Yves Chenavier et Christelle Gateau (CEA/Inac) et Francis Bertrand et Christophe Albino (CEA/Arc Nucléart) pour leur participation.


Traces a été présenté dans une yourte du 10 au 12 octobre 2013 à Grenoble (France) dans le cadre de EXPERIMENTA lors des Rencontres-i Biennale Arts-Sciences 2013.

Traces, Daniel Danis

_______________



L'HOMME ATLANTIQUE (ET LA MALADIE DE LA MORT) (2013)


Théâtre multidisciplinaire

Création : Christian Lapointe

Texte : Marguerite Duras

Coproduction : Recto-Verso, Théâtre Péril, Le Théâtre français du Centre
national des Arts et Le Festival TransAmériques (FTA)

L’homme-atlantique et la maladie de la mort met en jeu le geste de l’écriture cinématographique. En temps réel, au temps de la salle donc, une femme tourne et écrit, « brainstorm » un film devant nous. Elle y met en scène deux acteurs, un homme et une femme qui tient le rôle d’une prostituée. Ces derniers sont aussi auteurs du film puisqu’ils inventent au fur et à mesure leurs propres répliques au sein de l’œuvre cinématographique qui s’élabore en direct devant nous, dans ce que l’on pourrait qualifié d’un « on the spot attempt ».  

Par un jeu de substitution entre la figure de la réalisatrice et celle de la prostituée, par le passage d’un temps et d’un espace vers un autre temps et un autre espace, celui de la fabrication du film à celui de sa présentation, tant l’œuvre complète que le film, qui au sein de l’œuvre s’y fait, mettent en relief et exacerbent notamment le désir et l’impossibilité du désir, l’amour et les incapacités à aimer, la marchandisation de la chair et la fabrication d’un langage pornographique, le phénomène de l’absence au cinéma comme symbole d’une mort métaphorique.

L’homme-atlantique et la maladie de la mort a été présenté en 2013 au Carrefour international de théâtre (Québec), au Festival Trans Amérique (Montréal), au Francophonies en Limousin (France) et en février 2014 au Centre National des arts (Ottawa).

Textes Marguerite Duras / Création de Christian Lapointe, avec  Jean Alibert, Anne-Marie Cadieux, Marie-Thérèse Fortin / Assistance à la mise en scène et régie Alexandra Sutto / Vidéo  Lionel Arnould / Lumières  Martin Sirois
 / Musique et environnement sonore Mathieu Campagna / Scénographie Jean-François Labbé
 / Dramaturgie  Sophie Devirieux
 / Costumes Mylène Chabrol / 
Violoniste Christelle Cotnam
 / Direction technique Mateo Thébaudeau
 / Direction de production Catherine Desjardins-Jolin /  
Programmation du logiciel vidéo Pierre-Olivier Fréchet Martin
.

L'Homme Atlantique (2013)


_______________

PHO:TON (2013)

Performance multidisciplinaire son / lumière 

Création : Cod Act - André et Michel Decosterd

Production : Productions Recto-Verso en collaboration
avec l'Orchestre symphonique de Québec


Recto-Verso a invité le duo Cod.Act à créer une performance dans le cadre du Mois Multi, édition de 2013. Dans la continuité de leurs recherches sur le son et le mouvement, Cod.Act a imaginé pho:ton, une pièce pour orchestre et piano photonique.  Dans l’obscurité, l’orchestre est disposé sur un gradin, une pianiste lui faisant face. Le piano ne produit pas de son mais de la lumière : chaque touche est reliée à un projecteur au-dessus d’un musicien de l’orchestre. À chaque note de piano jouée, un instrumentiste s’illumine; la pianiste dirige les musiciens à l’aide de flux lumineux indiquant la durée et l’intensité de leurs interventions musicales.           

L’orchestre se transforme peu à peu en une étonnante machine contrôlée par la pianiste-opératrice, dans une composition musicale où des textures sonores se composent et se décomposent conjointement aux mouvements de la lumière. Il en résulte un formidable tableau lumineux, polyphonique et mécanique.

Cod.Act

Sous le nom de Cod.Act, André et Michel Décosterd associent leurs compétences, le premier étant musicien, compositeur et plasticien du son et le second architecte et plasticien. Ensemble, ils développent un travail artistique qui se décline sous la forme de performances et d'installations interactives. À l'origine de leur démarche, une réflexion autour du son et du mouvement et de leur possible interaction.
De leurs récentes œuvres, rappelons la sculpture sonore Cycloïd-E, créée en 2009 et récipiendaire de nombreux prix en 2010, dont un Distinction Award du festival Ars Electronica (Autriche), le prix CYNEART (Allemagne) ainsi que le grand prix du Japan Media ArtsFestival; ainsi que le concert-performance Pendulum Choir, une œuvre chorale pour 9 voix a capella et 18 vérins hydrauliques.

La diffusion de pho:ton lors du Mois Multi de 2013 a compté sur le soutien de la Fondation suisse pour la culture Prohelvetia.

Pho:ton (2013)


_______________

L'ENFANT LUNAIRE (2013)

Spectacle / performance multidisciplinaire

Création : Daniel Danis

Production : Productions Recto-Verso en collaboration avec l’Hexagone Scène Nationale Arts Sciences - Meylan et l’Atelier Arts Sciences



Daniel Danis entame, avec L'Enfant lunaire, une nouvelle phase de recherche sur les langages de la représentation multidisciplinaire. Inspiré d'un rêve qu'il a transformé en récit, L'Enfant lunaire cherche à déjouer et à transformer les codes de la représentation devant public. Sur un carré blanc, quelques objets mécanisés conçus par l’artiste Julien Maire tracent au sol le territoire d’une fable imagée.  Le dispositif géométrique prépare la déambulation d’un acteur déployant de sa main un texte papier. De pied en pied, de feuille en feuille, on avance dans l’histoire lue comme sur une grande page blanche articulée.

Peu à peu, une cartographie des lieux est dessinée tandis que des images mentales naissent dans une poésie poignante. Spectacle intimiste, L’Enfant lunaire nous parle d’une époque de désordres, où les autorités, tant politiques qu’économiques, cherchent à faire sensation par la peur afin de contrôler les populations, et où on sacrifie souvent l’innocence.

Auteur et écriveur scénique : Daniel Danis / Interprète : Pierre-Félix Gravière / Scénographie mécanique : Julien Maire / Conception sonore : Marc Doucet / Réalisation de la monocorde : Jean-Pierre Adam / Conseiller musical : Marc Vallée / Conception costume : Elene Pearson / Programmation : Yacine Sebti.

L'enfant lunaire a été lancé en première mondiale à Québec dans le cadre du Mois Multi de février 2013 puis présenté à Grenoble (France) dans le cadre du Festival Experimenta en octobre  2013.  L'œuvre est d'une durée de 50 minutes.

L'enfant lunaire (2013)


_______________

OUTRAGE AU PUBLIC (2013)
Spectacle / vidéo performance du public
Création et conception : Christian Lapointe
Un texte de Peter Handke
Production : Productions Recto-Verso

Texte phare des esthétiques de la non-représentation, Outrage au public de Peter Handke est repris par Christian Lapointe dans un contexte mettant en jeu la question complexe du spectateur. Le dispositif scénique permet au public de se voir tout en lui donnant à écouter le texte de Handke à travers des voix de synthèse.

Or, ces voix générées par ordinateur deviennent paradoxalement aussi celles du public dont l’unique présence devient LA représentation, faisant de lui à la fois l’acteur et le spectateur de sa propre réalité de consommateur d’images et de sensations... Par un travail singulier de mise à distance du public, Christian Lapointe impose un affront étroitement lié à notre capacité limitée à vivre avec la réalité de notre propre présence comme unique forme de représentation outrancière.

Texte : Peter Handke / Traduction : Jean Sigrid / Conception et réalisation : Christian Lapointe / Direction technique et programmeur : Pierre-Olivier Fréchet-Martin

La création OUTRAGE AU PUBLIC de Christian Lapointe a été lancée en première mondiale à Québec dans le cadre du Mois Multi de février 2013 puis présentée au Théâtre La Chapelle de Montréal dans le cadre du Festival Trans Amérique en mai 2013.  Le projet a également été présenté à l'Université du Québec à Chicoutimi ainsi qu'à l'Université du Québec à Trois-Rivières dans le cadre d'activités thématiques. L'œuvre est d'une durée de 60 minutes.

Outrage au public, Christian Lapointe


_______________

ATTACHÉE ( 2012 )
Spectacle / performance / installation / livre d'artiste
Création et conception : Line Nault (Montréal)
Production : Productions Recto-Verso

Une femme, accompagnée d'un musicien, fait état du phénomène d'aimer. Un phénomène qui s'exprime à travers un dispositif où le somatique, le médiatique et le numérique sont formellement attachés. La femme porte un corset qui mesure ses mouvements respiratoires : le souffle amoureux. Ces données biométriques sont représentées par une entité virtuelle et abstraite, faisant apparaître un troisième personnage qui relie et transforme le texte, la musique et la vidéo en direct sur scène. 

ATTACHÉE est une œuvre qui cherche à faire cohabiter de manière sensible et significative la présence scénique, la musique live et les interventions numériques (audio et vidéo). Comme le souligne Line Nault, « je souhaite rendre de façon aussi limpide que possible l'enchevêtrement des idées et des états de l'amour dans un contexte de présentation multidisciplinaire qui s'adapte à la scène. »

La création ATTACHÉE de Line Nault a été lancée en version spectacle de 55minutes dans le cadre du Mois Multi de février 2012. Une version installation / performance a été présentée dans le cadre du OFFTA (Montréal) en mai 2012. À cette occasion, un livre d'artiste issu de la production — réalisé avec la collaboration de Daniel Canty et de Janicke Morissette— était lancé en librairie. Ces projets de spectacle, d'installation et de livre ont reçu l'appui du Conseil des arts et des lettres du Québec, du Conseil des arts du Canada et de la Ville de Québec.

Attachée (2012)


_______________

LIGHT ATTRACTION ( 2012 )
Installation / performance lumière
Création et conception : Manuel Chantre ( Montréal )
Production : Productions Recto-Verso

Light Attraction est une performance audiovisuelle qui utilise la lumière en puissance pour sculpter l'intérieur d'un prisme rectangulaire imposant et translucide. Une chorégraphie de masses lumineuses est contrôlée en temps réel afin de développer une narration fictive et dramatique. L'oeuvre constituée d'un prisme lumineux aux surfaces translucides (3.6m x 6m x 3.6m) peut également être présentée en installation.

L'oeuvre présente une série de tableaux lumineux inspirés du phénomène d’attraction de la lumière chez les insectes nocturnes. L'oeuvre évoque une métaphore des comportements impulsifs et «obsessifs» qu'on observe tout autant dans le monde animal que chez  l'être humain. À la fois narrative et sensorielle, l'œuvre visuelle et sonore de Manuel Chantre s'avère un projet ludique et dramatique, à la croisée de la sculpture de lumière, du cinéma et de la performance.

Light Attraction est un dispositif simple qui utilise essentiellement des technologies et des matériaux standards de l'industrie du spectacle. L'oeuvre a été présentée en première à Québec en février 2012 dans le cadre du Mois Multi, Festival international d'arts multidisciplinaires et électroniques.

© Recto-Verso


_______________

SEPSIS ( 2012 )
Création multidisciplinaire
Création et conception : Christian Lapointe ( Québec )
Coproduction : Théâtre Péril et Productions Recto-Verso

Sous influence : de la lumière, les mains pleines de sang. Chercher du sens et ne trouver que les restes d’une forme putréfiée. Entre le désir de mourir et celui de vivre, la confusion menant à une quête où ne reste que l’unique et profond besoin de devenir l’opposé de ce que l’on croit être. Puis, faire une rencontre fantasmagorique suivie de l’alter ego de son propre animal de compagnie. Des corps et des voix témoignent et révèlent goutte à goutte une partition théâtrale où symbolisme et pratique installative se côtoient et déjantent la linéarité du récit.

Je vis la mort chaque jour

Je rêve la vie chaque nuit

Et parler de soi, c’est tellement à la mode
Les autres c’est passé date

Sepsis est une installation multidisciplinaire, à mi-chemin entre le tableau vivant, l’installation vidéo et l’oratorio, dont la forme contient les monologues de six individualités trépassées (n’en formant peut-être qu’une) aux destins troubles. L’objet est construit d’une poétique ayant comme point de départ la dépossession du quotidien mais dont la complexité réside dans la juxtaposition des différents « récits » dont l’œuvre est constituée.

Sepsis a été présentée en première à Québec à la salle Multi ainsi qu'au Théâtre La Chapelle (Montréal) en janvier 2012.

Image : www.sophiejodoin.com

© Recto-Verso

_______________

SCAN ( 2011-2012 )
Dispositif / installation 
Création et conception : Émile Morin ( Québec )
Production : Productions Recto-Verso

SCAN est une installation créée à partir du principe du numériseur «domestique», lequel a été modifié de manière à pouvoir diffuser une image vidéographique en transparence sur le verre servant normalement de surface de numérisation.

En remplaçant la surface de verre par une dalle de cristaux liquides, l’objet de saisi devient l’écran qui laisse non seulement voir les images vidéographiques sur un verre transparent, mais présente aussi un singulier mélangeur vidéo qui opère, au rythme des balayages des lumières verticales de numérisation, des passages d’un plan vers un autre. Scan s'avère un dispositif de diversion qui s'apparente à un étrange cinéma.

Suite logique à plusieurs des projets d’Émile Morin portant sur ce qu’il nomme le regard multiple, Scan suggère le détournement des mécanismes de la perception et la simultanéité des points de vue qui ont toujours été au centre de ses préoccupations.

© Recto-Verso

_______________

MILLE ANONYMES ( 2011 )
Création multidisciplinaire
Création et conception : Daniel Danis ( Québec )
Coproduction : Daniel Danis Arts et Sciences et Productions Recto-Verso

Mille Anonymes retrace le parcours d'une petite communauté vivant dans une région minière et dont les membres, groupés autour d’une cloche, ont tous été retrouvés empierrés. La présence-absence de ces Anonymes statufiés n’est retrouvée qu’à travers des parcelles de vie et des éclats de voix fragmentés. Le texte est lacunaire; les mots y sont entrecoupés de points de suspension marquant l’absence d’autres mots.


La « planche » ou scène d’ouverture décrit les corps sédimentés autour de la cloche millénaire, bientôt réveillés par 33 éternuements qui, tels des incantations magiques, leur insufflent la vie. Par la suite, possédés d’une mémoire clignotante, les êtres statufiés recomposeront diverses scènes de leur passé. La ville ayant été fondée pour l’exploitation minière, les autorités décident de la fermer lorsque le minerai vient à manquer. La majeure partie des citoyens choisit alors l’exode. Seule reste, dans des conditions précaires, une poignée d'à peu près 1000 personnes. Pendant un an, les obstinés des terres rocheuses s’organisent. La vie des Mille Anonymes, évoquée en 33 tableaux, est si intimement liée à leur environnement qu’ils épousent mystérieusement la nature et s’empierrent graduellement. La scénographie du projet répond au mouvement d’apparition et de disparition qui régit le texte. Des cadres noirs de 10 pieds par 8 pieds cacheront l’entièreté de l’appareillage scénique. Suspendus ou sur rails, ils pourront se succéder l’un à l’autre, comme les plans au cinéma.


Coproduit par Productions Recto-Verso et la compagnie Daniel Danis, arts/sciences,  Mille Anonymes a été diffusé à Québec en 2011 à l’occasion du Carrefour international de théâtre et du Festival Trans Amérique à Montréal. Le projet a bénéficié de résidences chez Recto-Verso et à la Caserne Dalhousie.

© Gaëtan Gosselin_Anonymes I

_______________

LE MOBILE ( 2010 )
Création multidisciplinaire 
Création et conception : Carole Nadeau ( Montréal )
Coproduction : Le Pont Bridge et Productions Recto-Verso 

Thriller « médico-western », Le mobile livre par fragments le déroulement d’un accident de voiture qui prend des allures de meurtre... Une femme suspendue entre la vie et la mort cherche à retracer le fil des évènements, nous donnant à voir le point criant où l’âme se casse et voyage.

Cette création multidisciplinaire installe une réflexion sur l’identitaire, la perte de repères, la conscience de soi, la perception du réel, mais aussi sur le corps, ses limites et l’éventualité de la mort. Situé entre le théâtre, l’installation vidéographique, les arts visuels et le cinéma, Le mobile présente une œuvre à la fois dense et très accessible dans sa finalité. La scénographie et la vidéographie y sont écriture : elles participent à la trame de ce récit locomotive. (Source : Le Pont Bridge)

© Recto-Verso

_______________

RADIANT ( 2009 )
Performance interactive
Création et conception : Holly Small / John Oswald (Toronto) / Émile Morin
Développement : Mathieu Thébaudeau / Lionel Arnould
Coproduction    : Productions Recto-Verso / Holly Small

La chorégraphe de renommée internationale, Holly Small, a conçu un projet de spectacle pour lequel elle a invité Recto-Verso à collaborer dans le but d’élaborer un espace scénographique qui agit comme écriture initiale et trame de travail.

La première intention de Holly Small est d’explorer le croisement des approches de chacun des concepteurs, dans la tradition la plus pure de la création multidisciplinaire. Radiant sera élaborée autour d’un dialogue cinétique entre l’environnement sonore et visuel et les danseurs. Empruntant, entre autres, au langage de la musique auxfins de ses directives chorégraphiques ( “attaque”, “sustain”, “decay”), Holly Small vise le développement de dispositifs sonores et visuels ayant pour effet de commander le mouvement et le non-mouvement, de solliciter 
une certaine idée de vitesse, parfois dans la fixité. 

Co-production de Recto-Verso, cette nouvelle création a été présentée en première à Toronto en avril 2009.

Radiant, Émile Morin

_______________

ARBRE  ( 2008 )
Installation/performance 
Création et conception : Caroline Ross (Québec)
Production : Productions Recto-Verso

Arbre est une installation sonore et immersive composée d’un tronc central à l’intérieur duquel un performeur nous dévoile tout autant la genèse que les transformations du monde. Évoquant la forme de l’arbre, l’œuvre est constituée d’un feuillage électronique jumelé à des branches composées de fibres optiques. «Passer du temps sous un arbre», tel s’est avérée l’idée de Caroline Ross à l’origine de sa recherche artistique. L’œuvre nous abrite et  nous envoûte pas ses jeux de lumières et ses ambiances sonores, nous faisant redécouvrir la nature réelle et virtuelle des matières minérale et végétale.

Arbre était diffusée en première à Québec dans le cadre du Mois Multi de septembre 2008.

Arbre, Caroline Ross, Production Recto-Verso

_______________

MIROIR-MIRROR  ( 2008 )
Installation  
Création et conception : Caroline Ross et Émile Morin (Québec)
Production : Productions Recto-Verso

Miroir-Mirror est une œuvre cinétique constituée d’une vingtaine de miroirs mobiles qui forment un écran. Actionnée par un dispositif informatique programmé en fonction du  lieu, l’œuvre réfléchie le réel dans des perspectives aussi inattendues que provisoires. Proposant des points de vue et des sonorités en perpétuelle reconstruction, l’œuvre développe son propos autour d’une réalité fragmentaire, fugitive, illusoire. 
À l’image des nombreuses productions multidisciplinaires de Recto-Verso, Miroir-Mirror explore tout autant les possibles de la perception que ceux de la représentation.

Miroir-Mirror était diffusée en première à Québec en juin 2008 dans le cadre des festivités du 400e anniversaire de la Ville de Québec. En présentation également dans le cadre de l’événement Temps d’Images (Montréal) en début d’année 2009.

MIRROIR-MIRROR, Caroline Ross et Émile Morin, productions Recto Verso

Calendrier
des évènements

septembre
D
L
M
M
J
V
S
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
             

À voir prochainement